Transformer les entreprises en alliées

Elle a participé au développement de l'horloge la plus précise du monde et aide maintenant les entreprises à adopter des pratiques commerciales plus durables : Petrissa Eckle, directrice exécutive du Sustainability in Business Lab de l'ETH Zurich.
Petrissa Eckle

Cet article a été traduit automatiquement de l'anglais ou de l'allemand. 

Pour lire la version originale en anglais, cliquez ici.
Pour lire la version originale en allemand, cliquez ici.

La physicienne Petrissa Eckle pourrait en théorie jouir de son propre espace privé dans son bureau spacieux avec sa grande fenêtre. Mais elle renonce à ce privilège, car elle préfère partager le bureau avec ses collègues. "Je veux être avec mon équipe", dit-elle. Dans le Sustainability in Business Lab ou "sus.lab" de l'ETH Zurich, tout le monde travaille dur sur les problèmes actuels, mais cela n'affecte pas l'esprit d'équipe. "Vous pouvez l'entendre par vous-même", dit-elle en riant dans le couloir. "Nous essayons de ne pas tout prendre au sérieux, même si nous travaillons sur des sujets lourds comme le changement climatique." Parfois, Eckle dit qu'elle et ses collègues - la plupart d'entre eux étant des femmes - sont assez bouleversés par l'ampleur des problèmes auxquels ils sont confrontés. Un peu d'humour de potence les empêche d'être trop déprimés par leur travail.

sus.lab a été fondé en 2016 par Volker Hoffmann, professeur de durabilité et de technologie, en réponse à l'urgence croissante des questions de durabilité. Le groupe Eckle veut jeter un pont entre la recherche de l'ETH et l'industrie : en partageant ses connaissances scientifiques, elle aide les entreprises à devenir plus durables. Les thèmes abordés vont de la gestion des déchets alimentaires à l'utilisation des émissions de CO2 et à l'utilisation des technologies de la chaîne de production pour les initiatives liées au climat.

Élaborer et mettre en œuvre des idées

sus.lab a récemment terminé un projet avec la Saline suisse, le fournisseur national de sel de l'Etat. Le CEO, Urs Hofmeier, souhaitait intégrer le développement durable dans tous les domaines de l'entreprise, sur la base des objectifs des Nations Unies en matière de développement durable. Grâce à une série d'ateliers, l'équipe d'Eckle a réfléchi avec la Saline Suisse pour développer plus de 300 idées, qui ont ensuite été condensées en 20 projets concrets. "Ils vont des panneaux solaires et des réservoirs d'eau sur les toits des usines aux projets sociaux concernant l'égalité des sexes, la santé et le bien-être des employés ", explique Eckle. Bon nombre des petits projets ont déjà été lancés à Saltworks, tandis que d'autres s'échelonneront sur une période de cinq ans.

Développer et mettre en œuvre des idées : c'est exactement ce que Petrissa Eckle aime faire. "Je pense qu'il est juste de dire que j'ai beaucoup d'idées et que je suis assez pragmatique quand il s'agit de les mettre en œuvre ", dit-elle. Cette qualité est très recherchée lorsqu'il s'agit d'accélérer le transfert des connaissances dans l'industrie et la société.

«Je viens d'avoir 40 ans. Mais même les changements dont j'ai activement pris conscience montrent à quel point il est important d'agir»      Petrissa Eckle

Tous les membres de l'équipe ont une grande expérience dans la recherche, le conseil ou l'industrie. Eckle elle-même a étudié la physique à Munich avant de terminer un doctorat en physique expérimentale avec Ursula Keller à l'ETH. "Nous avons construit l'horloge la plus précise du monde, se souvient-elle. Elle a ensuite effectué des recherches postdoctorales en tant qu'assistante principale à l'Institut Paul Scherrer, où elle a participé à l'analyse de différentes formes d'énergie afin d'orienter les décisions politiques. Mais elle trouvait le travail trop théorique : "Nous avons écrit des rapports, mais toute l'action se passait ailleurs", dit-elle en résumant la situation.

Eckle a grandi dans une famille où l'environnement était un sujet important. "Ma grand-mère était membre de Greenpeace", dit-elle. Et une chose était claire pour elle : "Je veux faire quelque chose de socialement pertinent." En 2011, il y a eu un effondrement de trois réacteurs nucléaires à Fukushima, et l'Allemagne a lancé sa politique de transition énergétique - et Eckle voulait être dans le vif du sujet. Avant de rejoindre sus.lab, elle a donc passé cinq ans dans le conseil, où l'une de ses priorités a toujours été de s'assurer que la recherche puisse être mise en pratique. "Tous les secteurs ont été ciblés, des banques aux produits pharmaceutiques, dit-elle.

Emploi de rêve à l'ETH

Elle est directrice générale de sus.lab depuis décembre 2017. "J'ai trouvé l'emploi de mes rêves", dit-elle. C'est vraiment important pour elle de faire quelque chose de positif. "Et sans vouloir paraître arrogant : mon passé est une bonne plateforme pour faire avancer les choses." Pourtant, n'est-il pas frustrant de travailler dans un domaine aussi vaste et où il n'y a pas de solution miracle ? réfléchit Eckle. "Je viens d'avoir 40 ans", dit-elle. "Mais même les changements dont j'ai activement pris conscience montrent combien il est important d'agir." Elle remarque les changements pendant son temps libre, par exemple lorsqu'elle est souvent en pleine nature, en mer ou en montagne. Ou autour de Heidelberg, où elle a grandi : dans les vignobles environnants, les vignes doivent être plantées quelques mètres plus haut chaque année en raison de la hausse des températures. En même temps, les figues mûrissent sur l'arbre dans le jardin de ses parents. "Cela aurait été inconcevable plus tôt, dit-elle.

D'autre part, dans son travail quotidien, elle voit comment les attitudes changent et ce que les individus peuvent accomplir. "Nos clients sont souvent des individus intrinsèquement motivés qui mettent en œuvre des projets avec notre soutien. Tout ce dont vous avez besoin, c'est d'un couple d'alliés déterminés."