Solidaires, les étudiants soutiennent les pharmacies

L'épidémie de coronavirus a rendu la solidarité plus importante que jamais. Les étudiants en pharmacie, par exemple, s'impliquent et donnent un coup de main aux pharmacies. La nouvelle plateforme "pharmadelivery" permet aux pharmacies d'entrer rapidement en contact avec les étudiants désireux d'apporter leur aide.
Les pharmacies sont actuellement très demandées. Une nouvelle plateforme place des étudiants en pharmacie afin de soutenir le personnel des pharmacies (sur la photo). (Photo : Keystone)

Nos habitudes ont été bouleversées les derniers jours. Aussi pour Carole Jetzer. Cette Argovienne de 26 ans étudie la pharmacie à l'ETH Zurich en première année de maîtrise et veut devenir elle-même pharmacienne par la suite. Dans la situation extraordinaire actuelle que nous vivons, elle s'est demandé, comme beaucoup d'autres étudiants, comment elle pourrait aider ceux qui en ont besoin.

Comme tous les domaines de la santé, les pharmacies sont soumises à une énorme pression à cause de la crise sanitaire que nous vivons. Pour de nombreuses personnes, ils sont un point de contact important lorsqu'il s'agit d'avoir des conseils sur la façon d'utiliser les médicaments à domicile ou pour une première évaluation des symptômes d'une maladie. Elles peuvent également produire elles-mêmes certains médicaments. Selon les associations d'étudiants et de jeunes pharmaciens en Suisse, environ un tiers de clients en plus que d'habitude demandent conseil dans une pharmacie. Le personnel est débordé - et dans un avenir proche, il pourrait y avoir des absences pour cause de maladie.

Aider et protéger les groupes à risque

"Je peux voir la masse de travail qu'il y a à faire en ce moment", s'exclame Carole Jetzer, qui a fait un apprentissage dans une pharmacie avant de commencer ses études à l'ETH Zurich. "Je veux faire ma part pour aider le personnel de la pharmacie et protéger les groupes à haut risque". Les étudiants peuvent se rendre utiles, par exemple, en livrant des médicaments à des patients âgés et vulnérables, afin qu'ils n'aient pas à se rendre eux-mêmes dans les pharmacies. De nombreuses pharmacies proposent un service de livraison, mais toutes ne peuvent pas répondre à la demande.

Depuis que l'ETH Zurich et d'autres universités ont fermé leurs campus, les étudiants réorganisent leur travail. Dans ce contexte, selon Carole Jetzer, ils discutent aussi souvent de la manière dont ils peuvent donner leur soutien. "Jusqu'à présent, l'engagement a été très individuel. En signe de solidarité, nous voulions renforcer l'engagement des étudiants", explique Carole Jetzer, qui est responsable du département "Santé publique" au sein de l'Association suisse des étudiants en pharmacie (asep).

190 volontaires en une journée

En collaboration avec l'Association des pharmaciens suisses en formation et perfectionnement (VSAAW) et les Jeunes pharmaciens (swissYPG), l'association des étudiants a mis en place en quelques jours la plateforme www.pharmadelivery.ch et l'a lancée mercredi dernier. La nouvelle plateforme est conçue pour permettre aux étudiants qui sont prêts à soutenir le projet de proposer leur aide. Pour ce faire, il faut s'inscrire en donnant des informations sur le lieu de résidence et le moyen de transport (par exemple, la personne qui s'inscrit possède-t-elle ou non le permis de conduire). Ainsi, les pharmacies peuvent voir qui est disponible dans leur région. Les pharmacies négocient ensuite l'affectation spécifique directement avec les étudiants. Environ 190 étudiants se sont inscrits le premier jour, dont beaucoup de l'ETH Zurich.

«Je veux aider à soutenir le personnel des pharmacies et à protéger les groupes à risque»      Carole Jetzer, étudiante en pharmacie, ETH Zurich

Des enseignants sont également impliqués : Dominik Stämpfli, par exemple, travaille comme pharmacien clinicien à la pharmacie de l'hôpital cantonal de Baden et comme chargé de cours à l'Institut des sciences pharmaceutiques. Mardi, il a informé les étudiants en pharmacie, tous semestres confondus, de l'existence de la plateforme "pharmadelivery". "Bien sûr, leurs études passent avant tout, souligne Dominik Stämpfli, mais pendant leur temps libre, les étudiants peuvent manifester leur solidarité et offrir une aide aux pharmacies".

Samuel Allemann, président de swissYPG, précise que "les étudiants proposent un service volontaire". La protection de leur santé est bien sûr une priorité absolue pour tous ; par exemple, les médicaments sont livrés en voiture, à vélo ou à pied - mais pas par les transports publics.

La plateforme a été lancée initialement pour la livraison de médicaments, mais d'autres applications pourraient également inclure le stockage des livraisons de médicaments, le soutien administratif et l'exécution des commandes de médicaments. Les étudiants qui ont suivi une formation en laboratoire peuvent également contribuer à la production de désinfectant. Cela permettrait au personnel de la pharmacie de se concentrer sur d'autres tâches telles que le conseil pour les clients ou encore la vente sur place et par téléphone. "Les étudiants sont heureux de faire leur part pour assurer l'approvisionnement ininterrompu de ressources vitales", déclare Carole Jetzer.

Protection des bénévoles et des pharmacies

Les étudiants qui soutiennent les pharmacies sont soumis aux mêmes mesures de protection que les autres : garder ses distances, ne pas utiliser les transports publics, se laver les mains, rester chez soi en cas de symptômes.

Les clients peuvent également aider les pharmacies à faire en sorte que la population ait accès aux médicaments dans ces circonstances exceptionnelles : n'allez en pharmacie que si c'est nécessaire. Si possible, commandez les médicaments et le matériel dont vous avez un besoin urgent par courriel ou, si nécessaire, par téléphone auprès de votre pharmacie habituelle. Demandez si la livraison à domicile est possible. Ne prenez que le nombre de médicaments dont vous avez réellement besoin.